Greffée coeur-poumons

Publié le par Pascal

" En décembre 1989, mon état de santé se détériora très rapidement. Hospitalisations, traitements lourds, perfusions d’antibiotiques à très fort dosage, oxygène 24h sur 24, perte de poids considérable (-20 kilos), kinésithérapie, etc. Je faisais de moins en moins d’activités et pensais tenir le plus longtemps possible en m’économisant. Malheureusement, mon cœur s’est fatigué et en 1995, les médecins m’ont proposé l’aide d’un respirateur pour me soulager un peu.

La maladie devenant tellement difficile à gérer, en avril 1998, les professeurs de Chirurgie Thoracique m’ont proposé l’inscription sur liste d’attente, tout en m’expliquant clairement la vie du greffé, ses contraintes ; sans oublier la Mucoviscidose qui serait toujours à surveiller. Etant très entourée par l’équipe médicale, j’ai accepté l’idée de vivre avec l’organe d’une personne décédée.

L’attente a été une épreuve supplémentaire, sachant que je ne pourrais peut-être pas vivre jusqu’à la transplantation. Les journées passaient trop vite, même si la majeure partie du temps, je dormais ; je n’avais qu’un seul objectif, me battre pour survivre.

Neuf mois à espérer et le 4 mars 1999 le téléphone a sonné. Je suis partie en urgence à l'hôpital où une super équipe m’a prise en charge. Après 10h30 d’intervention, je me suis réveillée le 5 mars en réanimation et miracle, respirant par moi-même. Je suis retournée chez mois après 40 jours d’hospitalisation. Durant les six premiers mois de greffe, j’ai retrouvé une capacité respiratoire correcte, l’appétit, des activités physiques, etc. Une vie normale.

Il y a vraiment un avant et un après la greffe, car même si j’ai un traitement anti-rejet, quelques effets secondaires, de petites contraintes liées à ma mucoviscidose, c’est une nouvelle vie qui a commencé pour moi".

Nathalie, atteinte de Mucoviscidose, greffée à 31 ans

Source : www.france-adot.org


Association pour le Don d'Organe et de Tissus humains

Commenter cet article