Vitale, la cartedu coeur

Publié le par Pascal

Favoriser le don d'organes grâce à la carte Vitale. C'est l'idée du ministre de la santé. À Marseille, lors de l’inauguration d’un nouveau centre de transplantation rénale, Xavier Bertrand a promis qu'on pourra bientôt vérifier sur la nouvelle carte vitale qu’un défunt ne s’oppose pas à un prélèvement d’organes.

Oser en parler à ses proches

Le débat n’est pas aujourd’hui de savoir si on est pour ou contre le don d’organes, mais plutôt d’oser en parler à ses proches ou plus simplement encore, de penser à le faire.

Quatre mille deux cents personnes bénéficient chaque année en France d’une greffe alors que sept mille autres sont en attente et comme l'explique de Docteur Borsarelli : "On manque surtout de reins et puis des organes comme le cœur ou le foie." Ces dons d’organes permettront à la fois de sauver des vies mais aussi d’améliorer la qualité de vie des malades. Dans les hôpitaux, et en particulier à Marseille, des personnes en dialyse ont pu constater combien les conditions de traitements se sont améliorées depuis trente ans grâce à ces greffes.

Le grand débat national

Le ministre de la santé veut aussi lancer un grand débat national. Différents sondages démontrent en effet que, si près de trois quarts des Français sont prêts à faire un don d'organes en cas de disparition, seulement 40 % en ont parlé à leurs proches... La carte Vitale permettra donc désormais de lever des doutes sur la volonté du défunt.

Le docteur Jacques Borsarelli, responsable régional de l'agence de biomédecine, l’ancien établissement français des greffes, est rassurant : "Ce nouveau dispositif ne changera en rien le principe du consentement présumé, dit-il. On garde toujours la possibilité de s’inscrire sur le registre national du refus ".

Il est bien sûr toujours possible de se désinscrire de ce registre et de changer d’avis. Lors d'une visite chez le médecin, le patient sera informé de cette possibilité qui sera mentionnée sur sa carte Vitale. Et lors d’un décès, si la victime n’est pas inscrite sur le registre des refus, on sera dès lors beaucoup plus à l’aise et sans l’inquiétude d’une éventuelle opposition.

Par rapport aux cartes actuelles de donneur, la carte Vitale est un moyen supplémentaire d’expression. En parler est donc essentiel car s’il y a fort heureusement de plus en plus de donneurs, les listes d’attente sont toujours aussi longues.

Enfin, de plus en plus de personnes âgées peuvent bénéficier d’un greffon. "Le donneur n’a plus comme auparavant forcément moins de cinquante ans, explique le docteur Borsarelli. On peut donner jusqu’à quatre-vingt ans !"

Source : www.seniorplanet.fr

Publié dans l'info minute

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elise 08/06/2006 23:08

ça serait une bonne idée d'enregistrer notre voeu sur la puce.
Moi j'ai une carte de donneur dans mon porte feuille