Puis-je avoir un enfant ?

Publié le par Pascal

La décision d'avoir un enfant est suffisamment complexe même sans les complications du diagnostic de mucoviscidose. Les jeunes hommes et femmes atteints de mucoviscidose doivent considérer divers éléments, leur santé et leur bien-être, ainsi que les problèmes de fertilité et de génétique. Un conseil génétique est utile avant d'envisager une grossesse.

L'amélioration de la fonction respiratoire, la meilleure nutrition et la survie plus longue font que les jeunes femmes atteintes de mucoviscidose ont aujourd'hui des taux de fertilité plus élevés que les générations précédentes. Ainsi, le nombre annuel de grossesses rapportées chez les patients atteints de mucoviscidose aux Etats-Unis a doublé entre 1986 et 1990, avec notamment un nombre notable de grossesses non planifiées.

Concernant les hommes atteints de mucoviscidose, 98% d'entre eux ne peuvent pas avoir d'enfant sans assistance médicale. Cela parce que les canaux déférents, qui transportent le sperme du lieu de production dans les testicules (à l'intérieur du scrotum) jusqu'aux canaux éjaculateurs, sont absents.

Les vésicules séminales (où le sperme est stocké) sont également anormales. C'est la raison pour laquelle de nombreux sujets atteints de mucoviscidose ont un moindre volume d'éjaculat que les autres hommes, inférieur à 1.5 ml contre 3.5 ml chez les sujets sains. Cela explique probablement que certains adolescents atteints de mucoviscidose ne présentent pas d'émissions spermatiques nocturnes.

L'analyse du sperme permet de confirmer la stérilité  ou d'identifier les hommes peu nombreux, atteints de mucoviscidose et qui sont fertiles. La fertilité est plus probable chez les hommes ayant des mutations génétiques particulières (telle que la mutation 3849 + 10kb C > T). Une stérilité est prévisible chez les sujets ayant les mutations fréquentes, telle la mutation DF508. L'analyse du sperme suppose la production d'un échantillon de sperme (par masturbation) qui est alors étudié au laboratoire. La procédure est embarrassante, mais simple. C'est pourtant un test important auquel il faut penser.

La plupart des hommes sont déçus et tristes d'apprendre qu'ils ne peuvent avoir d'enfant sans assitance médicale. Cependant, grâce aux techniques urologiques, les hommes atteints de mucoviscidose peuvent garder l'espoir d'avoir un enfant.

Techniques d'insémination artificielle

Ces techniques reposent sur une insémination artificielle après aspiration microchirurgicale de sperme de l'épididyme (MESA). La MESA est une technique chirurgicale de receuil du sperme directement dans les testicules sous anesthésie locale ou générale. L'ovule de la femme doit être prélevé par technique de fécondation in vitro. Le sperme est alors utilisé pour fertiliser l'ovule, par la technique dite d'injection intracytoplasmique de sperme (ICSI). L'ovule est ensuite placé dans l'utérus de la femme selon les méthodes standard de biologie de la reproduction. Le génotype de la mucoviscidose ne diminue pas le taux de fertilisation ou de grossesse induite pas ICSI. Toutefois, du fait du risque accru de mucoviscidose chez les descendants, un dépistage des mutations CFTR doit être effectué chez les deux partenaires.

Les décisions de paternité ou de maternité peuvent être plus faciles pour certains individus et couples que pour d'autres. Certains choisiront de concevoir, quels qu'en soient les risques de santé potentiels. Pour d'autres, la décision de ne pas procréer peut être prise indépendamment de la maladie. L'absence de partenaire peut dans certains cas réduire les chances de devenir parent. Enfin, pour certains couples vivant avec la maladie, le défi supplémentaire que représente la mucoviscidose dans la vie quotidienne conduira à renoncer à avoir des enfants.

Indépendamment du choix et de la possibilité ou non d'avoir des enfants, la plupart des patients éprouveront de la tristesse à ce sujet. Il ne faut pas hésiter à en parler avec d'autres gens, amis ou conseillers.

Source : Muco sans Tabou 1

Commenter cet article