Dons d'organes: le témoignage d'une greffée de Mers-les-Bains

Publié le par Pascal

Laurence, une Mersoise de 45 ans a bénéficié d'une greffe pulmonaire en 2001. Victime d'un rejet, elle a été sauvée à nouveau grâce à un don d'organe en 2006. Elle voudrait témoigner de l'utilité de la carte de donneur que chacun peut avoir sur soi, et qui permet de sauver d'autres vies.

«Après avoir subi une première greffe bi-pulmonaire en 2001, j'ai fait un rejet foudroyant en 2006 », raconte Laurence Leroy, « J'ai connu à nouveau les moments de désespoir, les semaines d'hospitalisation, l'oxygène et la peur de mourir en laissant mes deux enfants de 11 et 8 ans, Solène et Yannis, sans leur maman». Devant l'urgence de la situation, le Pr Fournier et le Dr Brugière et leur équipe ont accepté de procéder à une nouvelle greffe, à condition de trouver un donneur compatible. C'est déjà cette équipe parisienne, maintenant installée à l'Hôpital Bichat, qui avait procédé à la 1ere intervention.

Inscrite sur une liste d'urgence, Laurence a été opérée dans la nuit du 19 au 20 juillet. Placée d'abord en réanimation, elle est restée 6 semaines à Bichat. Elle est maintenant revenue à Mers dans sa famille. Elle bénéficie d'une hospitalisation à domicile, suivie par le Dr Dewavrin qui la connaît depuis plus de 10 ans, et son infirmière Mme Dupré qui procède ponctuellement à tous les soins et prélèvements nécessités par son état.

A l'approche du Téléthon, elle voudrait témoigner pour faire prendre conscience aux gens de l'importance du don d'organes et les inciter à être porteurs d'une carte de donneur. « Pour ou contre le don d'organes, chacun est libre », dit-elle, « L'important est de faire connaître sa position à son entourage, et de lui éviter un cas de conscience quasi insoluble en cas de malheur ». Le moyen le plus approprié d'exprimer son opinion est d'avoir sur soi le carte de l'Agence de Biomédecine, dont le siège est situé au 1 rue de Stade de France, 93212 à St-Denis. (www.agence-biomedecine.fr). Les cartes sont également disponibles dans les pharmacies, et lors du Téléthon, Laurence Leroy et sa mère Mme Renaux vont en mettre à la disposition des participants.

Laurence est discrète, mais elle avoue qu'elle pense chaque jour à ces donneurs auxquels elle doit la vie. Elle tient aussi à rappeler une recommandation du Pr Fournier qui l'a opérée : « Pour réaliser une greffe il y a deux choses indispensables : un greffon compatible et un important besoin de sang pour pratiquer l'intervention ».

Source : www.linformateur.com

Commenter cet article

Joël 10/12/2006 12:37

Beaucoup de bonnes choses à Laurence pour l'avenir !
Beau blog !