Mucoviscidose : Le combat d’une famille

Publié le par Pascal

Yannick, 22 ans, atteint de mucoviscidose, doit partir seul en métropole pour subir une greffe. Compte tenu de l’intervention, Yannick en a, au minimum, pour deux à trois ans en métropole. Sa famille souhaite être présente à ses côtés pendant cette épreuve. Après avoir lancé un appel au secours sur les ondes d’une radio locale, sa mère espère avoir un soutien financier des autorités.

D’apparence, Yannick est un jeune homme ordinaire. Âgé de 22 ans, il a une petite amie et est inscrit en première année de droit. Malheureusement Yannick souffre d’un mal qui le ronge de l’intérieur : il est atteint de la mucoviscidose. Si jusqu’ici, il avait réussi à cacher sa maladie, aujourd’hui il ne peut plus se déplacer sans sa bombonne d’oxygène. “Jusque-là ça allait bien. Je lui faisais des tisanes quand il avait des crises. Il pouvait alors continuer sa scolarité. Mais depuis quelque temps il s’essouffle très vite et il faut souvent l’hospitaliser pour une période allant de deux à trois semaines”, raconte, inquiète, Gilette Volsan, sa mère.

L’état de santé du jeune homme se dégrade au fil des jours. Et l’urgence d’une transplantation se fait de plus en plus pressante.“Nous avons contacté l’association “Vaincre la Mucoviscidose” mais ils nous ont dit qu’ils ne disposaient pas suffisamment de fonds ici. Ils ont donc promis de contacter leur siège en métropole”, poursuit Gilette.

Elle mène ce combat avec son fils depuis plusieurs années déjà. Yannick avait 2 ans et demi lorsque ses parents découvrent qu’il est atteint de la mucoviscidose lors de tests réalisés en métropole. Un salut que ces frères aînés n’ont pas eu la chance d’avoir. “Lorsque j’ai perdu mes trois premiers garçons je me suis accrochée à Yannick. Je n’avais plus que lui. Si nous tenons ferme c’est grâce à lui. Sa joie de vivre nous donne la force de nous battre pour lui”, témoigne Gilette. La maladie, à l’époque mal connue à La Réunion, n’avait pas été détectée chez les premiers fils du couple. Ils sont morts très jeunes.

ÉPUISÉ MAIS PAS ABATTU

J’ai toujours vécu avec cette maladie pour moi il n’y a rien de changé ”, confie le jeune homme encore épuisé par la maladie. Durant les périodes de crises, le quotidien de Yannick n’est pas rose. Mais il garde toujours le sourire. Pas question de baisser les bras. “Quand parfois je craque, il me dit de ne pas pleurer que tout ira bien”, raconte Gilette. Yannick n’en n’est pas à son premier acte de courage. À l’université, personne n’est au courant de sa maladie. Selon lui, il s’agit avant tout d’une preuve d’humilité. “Quand je vais bien, je prends la voiture et je sors avec des amis. Mais quand je vais mal, je leur dis que j’ai de l’asthme.”

Aujourd’hui le jeune homme n’a plus la force de résister à la maladie. Dans une quinzaine de jours il doit se rendre en métropole pour une transplantation. Si tout est pris en charge pour son voyage, ce n’est pas le cas pour ses parents qui doivent tout vendre pour l’accompagner. Compte tenu de l’opération de Yannick, la famille devrait rester sur Paris pour au moins trois ans. Là-bas, ils devront faire face aux diverses dépenses de loyer, d’alimentation, sans compter les frais liés aux soins de Yannick. En outre, le couple n’a aucune connaissance ou proche dans la région parisienne. Mais pour Gilette, la vie de Yannick n’a pas de prix. Pour ce dernier, cette opération sera surtout synonyme d’une nouvelle vie. “Tout sera possible à partir de là”, a t-il conclu.

Pour faire des dons veuillez contacter Gilette VOLSAN au 02 62 51 15 27

Source : www.clicanoo.com

Publié dans l'info minute

Commenter cet article

marie ile de la REUNION 25/01/2007 19:19

bonsoir,
concernant la situation de MMe VOLSAN elle peut faire un dossier à la REGION au titre de la continuité territoriale. Le dossier de deande est sur internet sur le site de la REGION.

christel 24/01/2007 08:45

He bien voilà ... l'or blanc a recouvert nos montagnes et le froid s'est installé avec lui !!! brrrrrrrrrrrrrrrrrr !!! bisous et bonne journée ...christel

christel/ 23/01/2007 10:40

il y a tant ( trop ) de gens qui vivent avec cette maladie ... bisous et bonne journée , christel